Origines du foulard

Qui n’a pas en tête l’image de Grace Kelly, le visage illuminé par l’un de ses mythiques foulards en soie ? Cet accessoire, indissociable de quelques grands noms de la mode et du 7 ème Art, séduit les générations sans vieillir le moins du monde. Hommes et femmes s’en emparent et s’en parent, selon des codes vestimentaires propres à chaque époque. Ornement luxueux, symbole religieux ou parure fonctionnelle, le foulard possède une riche biographie intimement liée aux vicissitudes de l’Histoire.

Le foulard : Un mot récent aux origines incertaines

Foulard Grace Kelly

Il est d’usage d’expliquer l’étymologie du mot « foulard » par le provençal « foulat » : ce terme qui signifie « foulé » désignerait une pièce de drap léger, selon le Littré. Cette acception fait référence à la technique du foulage : avant l’invention des machines, on foulait les textiles au pied (comme le raisin !). Cela permettait d’assouplir la laine ou de resserrer les fibres du drap.

L’emploi du mot « foulard » dans la langue française est attesté au XVIIIème siècle, bien que le terme « fichu » soit préféré lorsqu’il s’agit de désigner une pièce d’étoffe couvrant les épaules ou la tête. C’est au siècle suivant que le mot « foulard » est pleinement employé, reléguant le fichu à un rang plus populaire. Car le foulard désigne plus largement toute étoffe de soie, que seules les femmes aisées peuvent se permettre de porter.

Cependant, l’usage du foulard lui-même est bien plus ancien ! On trouve sa trace en Afrique, en Orient, en Europe de l’Est… Utilisé par les hommes autour du cou ou par les femmes pour couvrir les cheveux, le foulard peut avoir une signification symbolique, une utilisation purement fonctionnelle ou être imposé par des normes religieuses.

Un accessoire de mode immémorial et polyvalent

Son histoire se confond avec celle du voile dans l’Antiquité et les civilisations du Proche-Orient en ont longtemps conservé l’usage. Symbole de soumission de la femme devant l’homme et donc devant Dieu, le foulard conserve encore cette signification dans l’Islam, chez les Juifs orthodoxes et dans la religion catholique.

En Afrique, le foulard a une valeur bien différente. Cet accessoire qui est porté sur la tête a une fonction protectrice, symbolique et esthétique. En effet, il protège la femme des mauvais sorts et, selon la façon dont il est noué, il donne différentes indications sur le statut de celle qui le porte. De nos jours, c’est la valeur esthétique qui prédomine : le foulard, noué sur le front ou sur la nuque, rehausse la beauté d’un visage et la majesté d’une silhouette.

Dans les civilisations occidentales, le foulard doit certainement beaucoup à l’héritage judéo-chrétien : les femmes européennes ont longtemps porté une coiffe et le foulard ou le fichu tenait lieu de couvre-chef économique et pratique. Pour les hommes, le foulard se confond avec le mouchoir : cet accessoire placé autour du cou protégeait du froid ou de la transpiration. D’ailleurs, le mot cravate tire son origine du mot croate : les mercenaires croates, qui se mirent au service de la France sous Louis XIII, portaient un foulard autour du cou.

Une renaissance inattendue

Le foulard tel qu’on le connaît aujourd’hui dans l’univers de la mode occidentale a fait table rase de ses fonctions symboliques et religieuses. Il s’affiche désormais comme un ornement esthétique et, dans une certaine mesure, pratique. L’idée semble émaner d’un créateur italien, Emilio Pucci, dans les années 50 : constatant que les femmes l’utilisaient comme une alternative économique au chapeau, il aurait développé le concept en s’appuyant sur les imprimés en soie qui ont fait sa réputation.

foulard-soie-hermes

Quoi qu’il en soit, le principe a rapidement inspiré les stylistes : conçu comme un carré de soie ou de coton destiné à couvrir la tête, le foulard a retrouvé ses lettres de noblesse, alors qu’il était plutôt associé à l’habillement populaire jusque là. Hermès, Versace et bien d’autres maisons de renom ont réussi à transformer ce bout d’étoffe en accessoire hautement raffiné.

Grace Kelly, Marilyn Monroe, Audrey Hepburn, Brigitte Bardot… Nombreuses furent les actrices à s’emparer de cet accessoire d’une manière très personnelle, chic et glamour ! Aujourd’hui, le foulard en soie ou en coton est un élément incontournable de la garde-robe, tant pour les femmes que pour les hommes.


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *