Temple d’Angkor Vat

Cet article est consacré au temple d’Angkor Vat, retrouvez la collection de kramas en coton consacrée aux temples d’Angkor sur Krama Krama.

Angkor Vat est une parfaite illustration de l’apogée du peuple cambodgien. Ce chef d’œuvre architectural qui reflète également un pan de la culture indienne, est bâti à la demande du roi Sûryavarman II. Ce n’est pas fortuitement que les 3 tours de cet édifice figurent sur le drapeau cambodgien.

L’orientation d’Angkor Vat : une énigme ou la confirmation de la consécration à Vishnou ?

Angkor Vat, le temple emblématique cambodgien est orienté vers l’ouest contrairement aux autres temples de la région d’Angkor, plutôt dirigés vers l’est. Une explication plausible est que cette orientation vers le Soleil couchant, à l’instar de celle des temples hindous, relève du fait que le temple est initialement consacré à Vishnou, le second membre de la trinité hindoue.

Angkor Vat en chiffres

La construction d’Angkor Vat a nécessité 50 000 ouvriers probablement mobilisés entre 1113 et 1150 après Jésus-Christ, pendant le règne de Sûryavarman II. Des fouilles du sous-sol amènent les chercheurs à préciser que la superficie initiale du monument vaut 3 fois sa surface actuelle. Avec 800 000 habitants, la « ville pagode », selon la transcription littérale d’Angkor Vat, devient la plus peuplée au monde avant l’avènement de l’industrie.

Pour mieux comprendre le temple d’Angkor Vat

VishnouDes dizaines d’années avant le démarrage des travaux de construction de ce temple, l’hindouisme était la croyance religieuse du peuple cambodgien. Ce fait majeur influence grandement l’architecture et l’histoire de ce temple. Assurément, Angkor est le plus vaste édifice religieux au monde. Il serait consacré à Vishnou, un dieu hindou. Certains scientifiques réfutent cette thèse pour la simple raison que ce monument a servi de sépulture à Sûryavarman II. Pourtant, aucune trace de cendres ensevelies n’a été retrouvée sur le site. Par contre, des fouilles ont permis d’établir qu’il s’agit effectivement d’un sanctuaire.

Figurant sur plusieurs supports significatifs, les tours d’Angkor Vat constituent un véritable symbole pour le peuple cambodgien. Selon le lieu duquel on observe le temple, on en aperçoit 3 ou 5. Le drapeau national du Cambodge comporte 3 tours d’Angkor Vat.

Les nombreuses difficultés émaillant la succession en période angkorienne expliquent en partie la construction de cet édifice. En effet, la construction d’une telle bâtisse avait pour objectif de légitimer durablement la lignée au pouvoir.

Que retenir de l’histoire de ce majestueux temple

En sanskrit, une langue indienne adoptée au Cambodge, la dénomination Angkor Vat ou Angkor Wat signifie « ville pagode ». Habile conquérant, le bâtisseur d’Angkor Vat, Sûryavarman II, pousse loin les limites de son territoire. Il sort vainqueur de ses combats avec les Chams et bien d’autres voisins. Il rétablit avec beaucoup de succès les rapports avec la Chine. Ses réussites lui valent la reconnaissance et même la dévotion de ses sujets. Il profite de cette soumission pour entreprendre de très grandes constructions comme Angkor Vat qui lui aurait servi de monument funéraire. Le temple d’Angkor Vat est, comme le krama un héritage.

Cet édifice comporte des représentations de faits religieux tels que mentionnés dans les livres. Il retrace des faits majeurs de la lutte entre le bien et le mal. Ces faits sont contenus dans le Mahabarata, un livre religieux cambodgien tiré d’une version indienne. Longs de plusieurs dizaines de mètres, les bas-reliefs, ces panneaux géants soigneusement disposés autour du temple, révèlent des légendes et des inscriptions contenues dans des cartouches. On peut également retenir 5 principaux panneaux révélateurs :

1- Le conflit de Kuruksetra

Un bas relief de 50 m de long retrace le conflit de Kuruksetra. Ce panneau est situé à l’ouest, précisément face à l’entrée du temple. On le trouve en contournant le temple du côté droit.

2- La procession (ou le défilé) historique

Dédié à Sûryavarman II, ce grand panneau de 100 m de long présente le fondateur d’Angkor Vat sous la forme de Vishnou sur terre (Paramavishnuloka). Ce panneau est situé au sud du temple et se trouve facilement en continuant de contourner le temple par le côté droit.

3- Les Enfers et le Paradis

Ce panneau est situé à côté de celui de la procession historique. Mesurant 60 m de long, il rend compte du Paradis et des Enfers selon les 3 stades du nivellement présenté dans l’hindouisme : le Paradis au dessus, la sphère des hommes au milieu et l’espace des Enfers en dessous. Les humains subiraient le jugement de Darhma et de Citragupta, particulièrement au courant de leur karma. L’inscription montre que l’homme serait soit placé dans un des 37 Paradis, soit mis dans l’un des 32 Enfers.

4- S’unir pour baratter la mer de lait

Situé à l’est du temple, ce panneau de 50 m de long, également inspiré de la mythologie indienne, explique qu’un combat opposant le démon Asura à Deva, un dieu du bien, débouche sur une union des forces. En effet, sollicité par Deva visiblement affaibli, Vishnou conseille aux protagonistes de s’unir afin de baratter la mer de lait et obtenir le nectar d’immortalité, l’Amrita. C’est alors que le corps du serpent Vasuki est utilisé pour cette besogne.

5- Le conflit de Lanka

Sur la partie ouest du temple d’Angkor Vat, se trouve ce panneau qui rend compte du combat que Rama livre contre Ravana qui lui aurait enlevé sa compagne. Rama serait aidé dans cette bataille par une colonie de singes.

Initialement consacré à Vishnou, Angkor Vat passe aux mains des bouddhistes au XVI ème siècle et est érigé en lieu de pèlerinage bouddhique, notamment pour les asiatiques.
N’hésitez pas à poursuivre votre lecture avec Wikipedia


Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *